mercredi 30 avril 2014

Just don't sing! (playlist/AAAARGN)

On m'avait pourtant prévenu que Patrick Sébastien allait sortir un nouvel album,mais jamais je ne m'étais rendu compte de l'ampleur de la catastrophe à venir,il faut dire que ça fait au moins six ou sept ans que je ne regardait plus la télé ;la seule que je possède encore n'est pas compatible avec le réseau numérique et inclut un lecteur VHS.
Titillé par la putassière campagne de pub accompagnant l'évènement entrevue sur un écran familial,je me suis donc ensuite fadé imprudemment,par simple et malsaine curiosité un extrait du nouvel opus de l'auto-proclamé amuseur public.
Je ne m’attendais pas certes à y découvrir des trésors d'inventivité,des mélodies subtiles,même la présence d'un trait d'humour pas trop grossier,d'une référence journalistique ou littéraire pas trop tarte ou simplement d'une velléité d'improvisation me paraissaient improbables.
Mais là,même s'il ne faut pas,j'en suis conscient juger du contenu d'un album sur un titre qui aurait été maladroitement mis en avant,j'en suis resté estomaqué le gugusse ayant quand même réussi en un peu plus de trois minutes à concocter un amalgame de références musicales ringardes traitant donc ouvertement son public de ploucs bovins et illettrés,de paroles d'une pauvreté Hallydayesque le tout recouvert par une musique de supermarché bas de gamme et criarde.
J'ignore si piétiner la gueule des clients potentiels et leur cracher dessus constitue le fin du fin des nouvelles techniques de marketing mais je tiens à témoigner sur ce modeste espace de ma révulsion la plus totale envers ce bouffon cynique et abject personnification ultime de l'arrivisme et de la sous culture capitaliste de droite encensée par le gouvernement actuel*.
Avant donc la sortie de cette probable bouse intergalactique (et encore,nous ne savons pas ce qui ce passe ailleurs),je me suis donc donné pour défi de vous proposer une cinquantaine de minutes d'abominations musicales,d'insultes aux langues françaises et Anglaises et aux règles élémentaires du bon gout enfin d'exercer une sorte de contre pouvoir-enfin avec mes quatre lecteurs qui se battent en duel c'est pas gagné mais le cœur y est-seule consolation,le titre phare due l'album figure déjà dans le" palmarès de la honte qui tue" de Yolo Musique que je remercie au passage.
Donc hormis le premier titre des Troggs qui sert d'alibi contextuel à la suite de tristes tentatives musicales et qui est à mon avis un des meilleurs titres"garage"de tout les temps,la compilation est donc l'équivalent d'un missile nucléaire envoyé conjointement à l'auteur de cette triste suite de vomi sonore et à ses fans lobotomisés.
Des taquins me rétorqueront qu'il faut combattre la médiocrité par l'exemplaire qualité,qu'il aurait été plus opportun de convoquer des auteurs prestigieux .
Honnêtement,je n'en suis pas sûr et préfère tabler sur le fait qu'on ne peut faire prendre conscience à un individu de ses propres erreurs qu'en lui fourrant le nez dans sa propre merde.
Incidemment,voici donc un aperçu de ce qui constitue pour moi la pire chiasse musicale.



*CF:Article à venir:"démocratie,mon cul!"

mardi 29 avril 2014

L'attente (Haïkuscous)

Qu'est ce que tu guettes,
Tante Huguette?
Pour qui sont donc ces estafettes?
Y'a du tazer,y'a du képi,
Je vais passer une mauvaise nuit!

dimanche 27 avril 2014

Au revoir,Speakseasy !(Mars échec/MNDF)

Par mesure de précaution,je nommerais désormais le consortium à l'origine des voyages sur Mars et sur la Lune sous la dénomination"Space Corp" afin d'éviter de froisser d'éventuelles susceptibilités ,de plus,ça sonne bien et je trouve que ça ne ferait pas tâche dans un film de Verhoven.
Si vous vous intéressez de près aux mission spatiales,je vous recommande la lecture du blog de Florence Porcel ,candidate sérieuse à une solution crédible et privée de séjour sur Mars et présentant sa thématique sous de multiples facettes,j'attire aussi votre attention sur l'article paru dans le Science et Vie du mois de mai qui ringardise carrément le délire que je m'étais tapé sur l'utilisation malveillante des drones tout public. 

Comme convenu,ce fut Speakeasy,allias Arthur qui prit en charge les manœuvres finales impliquant la mise en orbite basse du vaisseau spatial et "l'amarssissage"du module d'exploration,ce serait mentir de dire que cette décision du Capitaine et de l'équipe-sol subjugua l'enthousiasme des "organiques" du bord mais les mésaventures consécutives aux erreurs humaines commises durant le retour de Luna 2 parlaient d'eux mêmes:rien de tel que de confier à un cerveau froid, supérieurement intelligent et calculateur des opérations mettant en jeu des paramètres complexes et un environnement hostile et changeant.
Mars 1 se posa effectivement comme une fleur sur la planète inhospitalière,les voyageurs durent se pincer pour se convaincre qu'ils étaient bien arrivés sur place sans avoir été secoués comme des pruniers,sans être à moitié carbonisés ou frigorifiés par leur entrée dans une atmosphère rare mais capricieuse ;les tempêtes locales de poussière rouge et corrosives semblaient elles même avoir fait relâche se disant sans doute que l'intrépide équipage avait déjà assez morflé comme ça et que les recevoir dans une réplique locale de Pékin au mois d'aout,ça serait particulièrement mesquin.
Tout ceci s'annonçait fort bien hormis un léger détail:l'espace-vie s'était posé à une bonne quinzaine de kilomètres du module autonome de production de carburant et,si parcourir quotidiennement cette distance pour entretenir le matériel adjacent,installer les premières serres et la piscine ensemencée d'algues microscopiques qui fournirait de l’oxygène au futur complexe était techniquement possible sous réserve de l'abandon d'une partie du programme d'exploration initialement prévu,il n'était plus question de remplir les réservoirs désormais vides devant fournir le combustible de retour;il faudrait aux pionniers attendre une prochaine relève possible uniquement quand les deux astres serraient suffisamment proches c'est à dire dans deux ans et demi.
Il était clair que cette erreur d'appréciation était d'origine informatique:de deux choses l'une:ou le système de navigation et de détection audio vidéo de la fusée était intrinsèquement défectueux ce qui n'avait l'air d'avoir été le cas jusqu'à présent,soit il y avait cachoterie de la part du couple personnel sol/Arthur.
Après avoir fait face aux vérifications d'usage leur garantissant de ne pas être asphyxiés, déshydratés,dénutris et mis en pièces par au choix une météorite,le climat local,un effondrement de terrain ou une tempête solaire,les explorateurs n’eurent plus qu'une idée en tête:comment se débarrasser de l’androïde félon sans que celui ci ne flaire l'arnaque et sans froisser les responsables qui pourraient moyennement apprécier ce qui ressemblait fort à un lynchage.
C'est bien entendu de l'équipe sol déterminée à jouer jusqu'au bout leur rôle hypocrite que provint la solution: il fallait tout d'abord saturer l'ordinateur central de l’espace vie plus rudimentaire donc plus vulnérable que celui de la navette d'informations pour le faire bugger et obliger Speakseasy à se connecter au système par défaut pour maintenir son niveau de conscience.Le système de secours étant là aussi plus faible,le robot se retrouverait  alors à un état à peine supérieur à celui qu'il avait à l'origine;un perroquet multifonctions à quatre bras qu'un être humain robuste et déterminé pourrait réduire au silence.
Dés que le message d'alerte se mit à retentir dans l'habitacle indiquant une faille logicielle,le commandant sauta immédiatement sur le renégat amoindri pour l’immobiliser pendant que son second coupa dans la foulée le rupteur installé à l'arrière de son crâne ,si le médecin n'avait pas eu pendant ce court laps de temps la présence d'esprit de déclipser l 'exosquelette  de l'indélicat,les 180 kilos de ferraille et de haute technologie auraient sans doute été les premiers déchets d'origine exotique sur Mars.

Les bars à pluie (PDLF/2017)

Depuis le printemps 2014,le climat était parti en vrille,pas qu'un peu,en double lutz piqué je dirais même...D'ailleurs depuis 2017,un procès impliquant Vladimir Poutine était en cours car on le soupçonnait d'avoir aggravé la situation*...
En attendant tandis qu'au sud de la Loire,il pleuvait comme vache qui pisse,surtout au pied des Pyrénées,au nord,hormis en Bretagne,rien.
Pourtant dès qu'ils voyaient la queue de l'ombre d'un nuage,les agriculteurs sortaient séance tenante leurs drones avec leur petit mélange perso pour tenter d'apporter un peu d'humidité sur leurs maigres cultures,hélas,ça ne faisait qu'accélérer la décrépitude de leurs semences,les substances chimiques finissant toujours par retomber...
Comme d'habitude,des petits malins tentèrent de profiter de la situation:au Japon,arrosé comme jamais,des promoteurs peu scrupuleux avaient ouvert des bars à soleil pour offrir aux autochtones leur dose d'UV cancérigènes (comme si les radiations nucléaires,la J-pop et les couleurs qu'ils utilisent dans leur packagings ne suffisaient pas),en France,l’inénarrable Jean Darty-Sarkozy se lança dans la filière douteuse des bars à pluie.
Mais qu'est ce donc,un bar à pluie,me direz vous?(bon,c'est une formule littéraire en vrai vous vous en tamponnez mais chut,il faut pas le dire,sinon je passe pour un blaireau).
Le concept du bar à pluie est on ne peut plus simple:le ou les clients réservent dans le bar un espace privatif.Au sein de cet espace et en fonction de leurs gouts,les consommateurs peuvent ensuite choisir le cadeau que voudra bien leur faire le dieu de la pluie:petit crachin duveteux idéal pour hydrater la peau et se relaxer sans finir version éponge,averse taquine rompant avec élégance le quotidien, énergisante sans être oppressante;grosse pluie bien lourde pour les amateurs de sensations fortes et ceux qui sont en manque,averse de grêle vivifiante martelant impitoyablement la peau pour les masochistes et les habitants du Nord Pas de Calais et des Ardennes.
Pendant que tombe la séraphique substance,les usagers peuvent bien entendu consommer mets et boissons de leurs choix sous les outrages artificiels des cieux en fibre de carbone ou prudemment abrités pour les petits joueurs;seule entorse au concept Nippon honteusement plagié,il n'était plus question ici de  maids à moitié à poil ces pauvres petites créatures ayant une trop grande propension à attraper la crève à force d'essuyer les intempéries.
Contre toute attente,ce commerce saugrenu fit une vaporette (l'usage du tabac a été,je vous le rappelle interdit en 2019) et le délire fut poussé jusqu'à ses dernières extrémités pour ceux qui avaient encore la chance de s'offrir des loisirs:diffusion de parfum de plantes fouettées par la pluie,sensuelle odeur d'argile émanant de sols subitement détrempés,évocation sublime de sous bois protecteurs aux feuilles frottées,battues par le vent,vaporisées de gouttelettes nourricières.

*procès au cours duquel l’intéressé aurait déclaré"estimez vous heureux que je n'ai fait tomber que de la pluie" et qui est depuis suspendu pour supplément d'information

Crado maso (Haïkusous)

Printanière
Dans ta tanière
Fais pas d'manières
Sors les lanières 
Et fous moi la misère!

samedi 26 avril 2014

Luc (Haïkuscous)

Le contenu de ces textes courts est de plus en plus violent et scabreux,je devrais peut être consulter ...


Chez le proctologue
Pas de protocole,
Gants latex,formol
Dans mon cul comme dans l'Acropole
Fistule anale,
Pas de bol...

mardi 22 avril 2014

Plaidoyer pour l'envoi des apprentis jihadistes en Syrie (AAAARGN !)

J'ai entendu récemment des journaleux et des biens pensants s'offusquer que des ados et de jeunes adultes puissent vouloir s'expatrier en Syrie pour y apprendre les vraies méthodes du Jihad-Qui-Tue dans ce merveilleux pays démocratique.
Personnellement,je ne vois pas où est le problème:
-Il ne faut jamais frustrer un jeune homme en voulant le détourner de ses aspirations premières,on a par exemple refusé le Prix De Rome au Jeune Adolf Hitler qui certes était un peintre merdique mais,résultat,il nous a fait sa petite crise existentielle et ça nous a couté 40 millions de morts;il faut donc à mon avis laisser ces olibrius s'exprimer plutôt que de se retrouver avec des psychopathes aigris prêts à tout pour se faire remarquer:entre la mauvaise peinture de chatons et l'holocauste,je préfère la première option!
-Comme l'a fait remarquer le très estimable Arthur Rimbaud"les voyages forment la jeunesse",le boutonneux surexcité jouant seize heures par jour à World Of Warcraft ou à des "Shoot'em all"en tous genre,confronté aux réalités de la vie dans un pays de crevards en guerre va "s'upgrader" très rapidement,il reviendra prestement avec des cicatrices toutes neuves grâce auxquelles il pourra frimer et une maladie vénérienne bien carabinée qui l'incitera à plus de prudence envers ses interlocuteurs.
-D'un point de vue plus pragmatique,envoyer des cas sociaux lobotomisés en aller simple vers la guerre sainte,c'est une super affaire concernant les domaines humain et économique,en effet que croyez vous qu'ils deviendront,ces petites crevures si l'on ne les envoie pas à Disneyland;je vous fiche mon billet (de 20 euros,au dessus je peut pas fournir,désolé) qu'ils vont se muter en truands authentiques :cambriolages,vandalisme,vente de substances douteuses et,cherry on the cake, vrai terrorisme pour les moins sinistrés du bulbe.

Tout ceci va nous coûter la peau du cul en termes de dommages humains (les victimes ) et économiques:au bas mot 40 ans d'aides sociales en tous genre accordées à des traîne savates haineux,criminels et analphabètes.

Je propose de traiter le problème à la base et d'envoyer ces petites gouapes IRL,in situ !
Le billet d'avion ne doit pas excéder 1000 euros auxquels il conviendrait d'ajouter quelques centaines d’euro-dollars supplémentaires pour de la bouffe et quelques fringues (j'ai failli écrire flingues mais je fais confiance au syndicat d'initiative local pour fournir le triste nécessaire ;en plus,si on offre des armes gratos,ce serait désastreux pour le business vu que c'est le seul domaine dans lequel notre pays est encore crédible) .
 Mes propos peuvent sans doute vous sembler outranciers et de mauvais gout mais analysons si vous le voulez bien (sinon vous pouvez arrêtez de lire ce texte voire m'insulter si le cœur vous en dit) :
Rachid-Kévin (appelons le jeune warrior "Rachid-Kévin",il l'a bien mérité) arrive le matin même sur place,il est convaincu d'être un super tireur d'élite et un stratège hors pair vu qu'il est dans le top 10 de son jeu pour sociopathes préféré.
Les locaux sont ravis:c'est un honneur pour eux d’accueillir un tel expert,pas bégueules,ils l'envoient direct en première ligne,pas de temps à perdre avec une ennuyeuse formation et de la paperasse (ça tombe bien,Rachid-Kévin ne savait pas lire de toutes façons mais,timide sous ses airs bourrus,il n'osait pas l'avouer) .
Résultat,"RK"se fait dégommer comme un vulgaire faisan d'élevage dans les premières minutes du clash et les pros peuvent pendant ce temps là s'occuper des choses sérieuses;c'est qui doit leur en falloir du fanatique bas de gamme à ces salopards et comme la denrée locale, bien informée, commence à se faire rare cet arrivage de jeunes trouducs occidentaux est pour eux du pain béni !
Nous le voyons bien,éliminer ces raclures à bas prix et sans état d'âme nous serait facile,les coûts pourraient même être minimisés en effectuant un remplissage optimum des avions nationaux qui se rendent sur place ,les demeurés pourraient même servir de geste commercial pendant nos ventes d'armes:pour l'achat d'un char,on vous offre trente tarés,pour un avion,une centaine...
Bon j'arrête ici ma démonstration convaincu d'avoir ainsi contribué aux économies budgétaires dont mon pays a tant besoin mais je ne fais aucune illusion:même si un personnage haut placé décide d'appliquer mes idées judiceuses,personne ne me contactera.
BANDE D'INGRATS!

 

samedi 19 avril 2014

Les nains de l'espace/Space Dwarves (Mars échec/MNDF)

On pourrait croire que l'ESA,la Nasa et autres lanceurs d'engins habités dans l'espace porteraient leurs choix lors de leurs sélections sur des armoires à glace bodybuildées hors ,il n'en était rien.
N'en déplaise aux amateurs de pulp et de livres ou films de science fiction,les premiers spationautes tiendraient plus du format de poche hyperactif et affuté intellectuellement que de la grosse brute badass.
Comme dans les animés,les vaisseaux,pendants dans le réel des méchas,seraient pilotés par des crevettes:ça coûte effectivement moins cher d'envoyer dans l'espace un individu de 60 kilos et de l'y maintenir en vie que de s’encombrer d'un gorille qui va accaparer une trop grande part de l'espace vital,bouffer comme quatre et pomper de l'oxygène à tire larigot;envoyer un kilo vers Mars pouvait revenir à plus de 200 000 euros,alors Musclor il est bien gentil mais il va aller voir ailleurs...
En apprenant cela,les détracteurs du programme spatial critiquant principalement le supposé gouffre financier que constituait cette entreprise-en réalité moins de 1% de ce que les États "civilisés" dépensaient dans l'armement -affublèrent rapidement les postulants du sobriquet de "Space Dwarves",nains de l'espace.Charmant!
Pourtant à y regarder de plus près le choix de la miniaturisation des spationautes et de la standardisation de leur stature se révélait être excellent:gain de poids en ressources alimentaires,eau,vêtements,tout ce qui relevait du maintien en vie,meilleure utilisation des surfaces disponibles,envoi possible de matériel technique ou de confort supplémentaire et surtout possibilité de fabriquer des tenues spatiales en petite série pouvant indifféremment servir à un membre ou à un autre de l'équipage;si une combinaison est hors d'usage,personne n'est ainsi lésé comme c'était le cas auparavant;les Russes avaient déjà pensé à ce problème et mis au point dés les années 80 des scaphandres modulables mais ceux ci étaient horriblement inconfortables si tant est que l'on puisse parler de confort dans ce cas. 
Le robot assistant l'équipage n'échappait pas lui non plus à ces standards de taille et mesurait lui aussi un mètre 65,moyenne retenue pour les hôtes de la fusée,seul l'ajout de deux bras supplémentaires au niveau de l'abdomen le différenciait structurellement de ses compagnons.
Ces deux bras fixés sur une structure torique capable de pivoter à 180 degrés pouvaient donc opérer dans le dos ce qui dotait leur possesseur d'une agilité remarquable surtout en l’absence de gravité et en milieux extrêmes.
Le robot était aussi doté d'une structure articulée détachable qui pouvait servir d'exosquelette à un spationaute affaibli physiquement par les rigueurs du périple ou ayant simplement besoin de force ou de points d'ancrage supplémentaires pour accomplir un geste technique.

Le premier équipage à être envoyé vers Mars échappa partiellement aux standards précédemment choisis:le commandant,héros de la mission Luna 2 était un solide rigolard d'un mètre 92 ,le second une jeune femme athlétique d'un mètre 85 bientôt surnommée "Rippley" choisie pour son expertise en cybernétique mais aussi pour qu'il existât un certain"équilibre des forces"au cas fort peu probable ou l'un des spationautes se mettrait à péter les plombs,les autres membres étaient de stature plus modeste avec une mention spéciale au médecin de bord qui devait se contenter d'un mètre 58.
On le voit,les médias durent user de subterfuges Sarkosiens pour que les différences ne sautassent pas trop aux yeux des spectateurs d'autant que pour ne rien arranger le chirurgien et le vétéran de la mission lunaire s'appréciaient particulièrement.

jeudi 17 avril 2014

Speakeasy II:"stabilisation"(Mars échec/MNDF)

Désolé pour le vrac chronologique des épisodes,j'avais prévu de faire un récapitulatif mais ça me fait maintenant un peu peur...

Après la réparation rapide et experte du module d'accroche de la longe reliant le vaisseau et le nouvel habitat martien,Speakeasy avait pleinement démontré la pertinence de sa présence dans la mission,mieux,c'est lui qui avait proposé le modus operandi le plus efficace et le plus économe en ressources malgré la présence d'un ingénieur aéronautique à bord et l'assistance du personnel au sol .
Ce fait amenait l'ensemble des responsables et commendataires de la mission à se demander si ce modeste robot avait réussi à atteindre"le Seuil";ce fameux "Seuil" ayant été atteint avec des supercalculateurs fixes en 2025 ,son avènement sur un système autonome via les processeurs quantiques n'était qu'une question de temps d’espionnage industriel et d'argent.
Ceci en tous cas posait deux problèmes.
Premièrement l'installation d'une intelligence artificielle pouvant rivaliser avec celle de l'homme avait été formellement interdite en 2028 sur des systèmes pouvant se déplacer et dotés de moyens d'action potentiels sur leur environnement-le matériel militaire officieux était clairement visé-Si Speakeasy d'une façon ou d'une autre était parvenu à franchir ce "Seuil",la Nasa et ses partenaires étaient tout simplement hors la loi!
Deuxièmement rien à priori ne pouvait expliquer comment un perroquet robotisé haut de gamme était parvenu à ce stade alors que son système logiciel ne lui permettait justement pas!
C'est en épluchant soigneusement l'historique des opérations informatiques effectuées à partir de l'ordinateur de bord que les spécialistes purent enfin comprendre:en parasitant les senseurs d'alarme enfin d'effectuer son chantage sur l'équipage,Speakeasy avait involontairement provoqué une faille dans la sécurité de l'unité centrale qui s'était mise en veille.Le système de secours beaucoup plus rudimentaire et sommairement protégé contre les intrusions externes théoriquement impossibles:qui irait et pourrait hacker un ordinateur se situant à plusieurs dizaines de millions de kilomètres de la Terre? lui permit de faire monter la pression sur ses collègues en pouvant potentiellement mettre leur santé  en jeu et surtout lui fournit facilement l'accès à toutes les entrées possibles dans le système central.
Bizarrement,le personnel au sol ne fut pas plus que cela inquiet de ce phénomène:le robot était bien entendu doté d'un programme"Assinov"lui interdisant toute action délétère sur ses partenaires-la composante psychologique étant ceci dit sans doute à améliorer- et le commandement de la mission confié par principe au plus expérimenté et au plus compétant ne pouvait être disputé au vétéran,héros rescapé d'une mission lunaire qui avait mal tourné.
Cependant il était tout à fait possible que le binôme ordinateur central/Speakeasy surpasse maintenant les capacités cognitives et réflexes de tous les membres de l'équipage,la Nasa ne pourrait pas dans ce cas se passer de l'expertise de l'ensemble ;l’hypothèse vite abandonnée de l’installation de pionniers sur Mars qui devraient attendre pendant deux ans et demi l'arrivée d'une relève au lieu de repartir au bout de six mois comme cela avait été finalement décidé et coordonnant l'action d'automates installant des composants pour une vaste colonie refaisait sournoisement surface:il suffisait de "suggérer" à Speakeasy de faire une "erreur" de calcul dans l'approche finale du module martien afin que celui ci se retrouve suffisamment près du matériel déjà posé mais trop loin de l'unité de fabrication de combustible pour permettre le remplissage des réservoirs;coincés sur place,les spationautes seraient bien forcés d’utiliser le matériel mis à leur disposition pour survivre et de mettre en fonction les modules d'habitation et de production énergétiques et alimentaires s'ils ne voulaient pas crever de faim et geler comme de vulgaires clochards!
En attendant,signe encourageant pour les experts dont un psychiatre compétant dans le domaine cybernétique,Speakeasy s'était attribué une personnalité mettant fin à la loterie sémantique qui lui était auparavant structurelle et qui tapait sur les nerfs de son entourage,il se montrait discret,coopérant,prévenant et avait décrété qu'il s'appelait "Arthur" .

 

lundi 14 avril 2014

Les enfants nous cassent les couilles (AAAARGN!)

Les enfants et corrolaire logique,les petits enfants nous cassent les couilles,les oreilles et mille autres choses encore.
Mais attention,ce n'est pas moi qui le dit même si je suis en partie d'accord et que du coup,en toute logique,je n'ai pas de gosse,c'est la magnifique société o2.fr/ qui le proclame.
Quoi,ces irresponsables crétins trentenaires ne savent plus trop quoi foutre de leurs extensions biologiques pendant leurs vacances,no problem buddies,il y a la société O2 pour vous débarrasser des ses vilains morpions que vous comptiez refilez à vos grands parents qui dans un éclair salvateur de lucidité,chant du cygne avant la maladie d’Alzheimer ne veulent plus s'encombrer.
C'est qu'ils sont devenus malins les anciens,fini le temps de l'esclavage judéo-islamo-boudisto-chrétien (n'hésitez pas à râler si j'ai omis une communauté),ils ont déjà bien morflé quand il ont du vous éduquer  et qu'ils ont du affronter la triade Lacan/Dolto/Bourdieu et vos caprices de baby boomers de société opulente de merde avec vos gouts kitshissimes des années 80;faites donc pas les étonnés qu'ils ne veuillent pas remettre le couvert avec vos proto sociopathes que vous,chiffres molles n'avez pas été foutus de canaliser alors qu'un collier électrique pour chien bas de gamme coute moins de trente euros
Merdre!
Efficacité!
Ils ont raison ces enflures:pourquoi des retraités pourris d’arthrite et de télé réalité devraient affronter seuls l'abomination en pleine canicule alors que leurs rejetons iraient tranquillos se bronzer les organes et se détruire le foie dans des expéditions exotiques ?
Je les vois déjà les joyeux recrutés de la société O2,du crevard pur jus,de l'étudiant qui n'arrive pas à payer son loyer,de l'alcoolique qui est au chômage depuis trois ans,remarquez que ce peut être une opportunité pour ces petits jeunes,une immersion dans la vraie vie,version Zola ou Dostoïevski,grâce à eux les mouflets ne vous feront plus ensuite du chantage pour une Playstation,finies les scarifications ou les crises d'anorexie à trois francs cinquante!
Non sérieux,vous n'aimez pas les gosses alors prenez la pilule,faites vous ligaturer les canaux ,avortez,soyez responsables;reporter vos problèmes sur autrui ne vous apportera rien!





La société incriminée dans  cet article et leurs éventuels clients ont évidemment ici un droit de réponse que je m’engage à publier dans son intégralité

samedi 12 avril 2014

"Speakeasy" (MNDF/Mars échec)

En plus des six membres d'équipages,la première mission habitée vers Mars accueillait aussi un robot de forme humanoïde doté d'outils lui permettant de faire des réparations à l’extérieur de la station et d'un module vocal capable de simuler des personnalités diverses,le fameux système "Speakeasy"
à l'origine,il devait y avoir deux auxiliaires robotiques dans la capsule mais,eu égard au coût prohibitif du moindre kilo envoyé dans l'espace,les concepteurs furent priés de fusionner le robot meccano et le "nurse robot" à la Japonaise.
Cette improbable synthèse donna des résultats curieux:en effet à fin de distraire l'équipage et de l'amener à utiliser une gamme lexicale et émotionnelle plus large que s'ils n'étaient qu'entre eux le robot pouvait un jour simuler la conversation d'un rude redneck puis muer ensuite en délicieuse gamine de huit ans en passant auparavant par le stade de la vedette pop névrosée.
Si effectivement le côté farce de l'objet amusa beaucoup les spationautes dans un premier temps,l'exercice s’avéra à la longue assez crispant d'autant plus que le robot avait la langue bien pendue,une "attention whore" de première!
On tenta après quelques semaines d'usage de reléguer l'indésirable à l'extérieur de la coque en priant secrètement qu'une rafale de particules énergétiques lourdes lui crament les circuits mais il était en pratique impossible de se passer de ses services d'autant plus qu'une réparation longue et complexe du système d'attache du module martien était à prévoir.Sournoisement,l'exilé était d'ailleurs parvenu à infiltrer les dispositifs sonores de l'habitat et quand les jérémiades d'usage n'eurent aucun effet,le robot prit l'initiative de saboter le système d'alarme pour envoyer régulièrement de fausses alertes.

En fait,la ou les personnalités artificielles de "speakeasy"avaient été trop bien conçues,l'équipage devrait donc s’accommoder d'un robot  plus intelligent que prévu techniquement schizophrène et psychotique ,le voyage promettait d'être des plus charmants!



Pour les amateurs,la série"Real Humans"recommence à partir du 15 mai sur Arte

Oh,my,0 G II ! (MNDF:Mars échec)

Suite à la perte du module d'atterrissage martien et de la longe qui le reliait au vaisseau principal supposé se maintenir en orbite basse ,la Nasa et ses sous traitants se devaient de réagir rapidement:dans un premier temps,les astronautes privés de ces éléments étaient tout  simplement  condamnés à se farcir plus de deux ans de voyage spatial sans pouvoir sortir de leur vaisseau et de devoir se contenter d'un survol de leur objectif comme n'importe quelle mission robotisée à la con et dans un second temps,les survivants de ce périple risquaient fort de revenir sur Terre à l'état de soupe organique puisqu'ils ne pourraient pas profiter des 0,35 G de la gravité Martienne et de la pesanteur artificielle de leur habitat transitoire qui risquait d'être quasiment nulle à l'approche de l'astre convoité à cause de l'effet de résonance gravitationnelle  qui désavantage un objet léger par rapport à sa destination .  
La seule solution envisageable était d'envoyer un second module d'atterrissage muni d'une accroche permettant un effet de levier gyroscopique le tout propulsé par une fusée plus rapide que le lanceur initial,l'ensemble devrait être capable de se rejoindre en cours de route en tenant compte du fait que tous les objets célestes et artificiels se déplaçent pendant ce temps à des vitesses non négligeables.
Si la double solution thermique/nucléaire avait fait la quasi unanimité lors du lancement rapport aux risques de retombées en cas d'échec sur Terre,seule l'option 100% nucléaire  permettait à un éventuel module de sauvetage de rattraper les pionniers;c'est évidemment la solution qui fut retenue d'autant qu'après l'explosion de la centrale de Fesseinheim et quelques conflits locaux,on était plus à cela près.
Grâce à l'existence d'un prototype interdit de lancement au dernier moment et à la sagacité des ingénieurs et scientifiques responsables du projet qui arrivèrent à modifier un "espace vie" en trinôme atterrisseur/ liaison/fret supplémentaire, la rencontre entre les deux vaisseaux eut lieu le 8 janvier 2020 inaugurant le premier dépannage spatial à près de 80 millions de kilomètres de la Terre.

La solution officielle retenue pour l'instant par la Nasa parle d'un module de transport d'équipage lancé de façon nucléaire après que du fret et un module de fabrication automatisé de carburant et d'oxygène aient été préalablement posés sur Mars.
Le deuxième lancement se séparera en deux à l'approche de Mars:le module vie initial et un module d'habitat martien et de retour en orbite basse (environ 100 tonnes) avec générateur atomique et deux rovers pouvant parcourir 100 km.
Des refuges transitoires gonflables et autonomes en oxygène/nutriments/énergie sont prévus en cas d'avaries lors des missions d'exploration.
Les modalités d'arrimages dans l'espace sont au point grâce à l'expertise acquise lors des assemblages/ravitaillements sur l'ISS mais je parie que le lancement initial d'un engin habité vers Mars n'osera pas le "tout nucléaire"...

mercredi 9 avril 2014

L'Unité Climatique Portative (Perdus Dans Le Futur)

On l'avait vu dès le printemps 2014:le climat se barrait en sucette de plus en plus rapidement,les climato-sceptiques à la botte des grands pontes de l'Union Européenne des banques et des industriels avaient eu beau nous sortir une énième théorie farfelue à base de déplacement exceptionnel mais non anormal du Jet Stream ,personne n'était dupe.
Il a fallu pourtant attendre 2027 pour que le Gouvernement Sarkozy prenne enfin la mesure du désastre et décrète l'interdiction de tous les travaux en extérieur entre 12 et 16 heures entre le 15 juin et le 15 octobre mais ce décret  n'était qu'un emplâtre sur une jambe de bois et n'empêchait nullement les thermomètres d'afficher des valeurs Sahariennes dès que le ciel était un peu trop dégagé.
Pourtant,on ne pouvait plus accuser les industriels et les automobilistes de polluer l'atmosphère comme des salopards avec des particules fines et de créer ainsi un effet de serre local:avec un taux de chômage réel de 40%,les enfumeurs indélicats se faisaient alors de plus en plus rares et n'hésitaient pas à s'expatrier pour échapper aux rackets et à la pègre.
C'est dans ce contexte joyeux -car ce qui se passait dans les autres pays dits civilisés ne valait pas mieux-qu'un jeune ingénieur Nippon eut une idée astucieuse qui permit aux plus téméraires et fortunés de se balader impunément l'été sans risquer de finir lyophilisés par les ardeurs du soleil et carbonisés par les ultraviolets;cette idée,ce concept:l'Unité Climatique Portative.

De prime abord,l’intérêt du dispositif ne sautait pas aux yeux,pour vous donner une idée,l'objet n'aurait pas fait tâche sous la plume de Franquin dans un album de Gaston Lagaffe,c'était laid,horriblement disgracieux,pourtant les meilleurs designers du coin s'y étaient attelés;tentons de décrire la chose...
D'abord,il y a une sorte de sac à dos qui fait penser aux unités de survie que portent les cosmonautes,l'ingénierie interne s'en est d'ailleurs partiellement inspirée.
De ce sac sortent deux excroissances obliques et deux tiges verticales qui tendent au dessus de la tête du sujet une toile translucide profilée pour éviter les turbulences aérodynamiques grâce à des matériaux à mémoire de forme;celle ci filtre les ultra violets et offre une pénombre agréable.
La toile est régulièrement parcourue par de fins tuyaux flexibles reliés au sac via les haubans et les tiges et diffusent verticalement un air frais légèrement réfrigéré et humidifié dans des proportions tolérables par l'organisme,la vitesse du flux aérien assurant à lui seul l'essentiel de la sensation de fraîcheur renforcée par l'ombre artificielle.
à 3000 euros pièce pour le modèle de base,ce n'était certes pas l'objet de tout le monde mais à partir de 2017 et avant qu'un bon hiver nucléaire des familles* ne vienne inverser la tendance quelques décennies plus tard ,il n'y avait plus que deux options pour affronter la fournaise:sortir deux mois de salaire et provoquer l'hilarité générale chez les mômes du quartier en portant son Unité ou se terrer chez soi la clim' à fond avec des bières glacées en attendant que ça se calme.

*Bientôt (ou pas) dans un épisode que j'ai décidé d'intituler"l'hiver 54" avec le bon goût qui me caractérise ...