lundi 26 janvier 2015

"Mamie et les algorithmes/Compagnon" (2017/MNDF) 1ère partie

Lecture déconseillée  à ceux qui ont un proche âgé en fin de vie


Depuis une bonne vingtaine d’années,le Ministère de la Santé privilégiait pour les "Seniors"le maintien médicalisé à domicile plutôt que le séjour souvent irréversible dans une maison de retraite ou un hôpital.
Ceci n'était pas fait dans un but humaniste mais relevait bien entendu d'un vulgaire calcul comptable:un lit hospitalisé coûtait beaucoup plus cher à la journée qu'une ou deux visites de spécialistes de la santé par semaine même en y ajoutant une femme de ménage.De surcroît,cet état de fait permettait ensuite de planifier le démantèlement des petites structures hospitalières sous le prétexte qu'ils n'avaient plus assez de"clients";'c'est pas des cons les technocrates quand même...

Hélas pour eux,ces rapaces avaient tort à long terme car si la journée de maintien en vie du "Senior" était mois onéreuse,les bénéficiaires en profitaient sournoisement pour se prolonger un peu plus:un papi grabataire qui n'aurait pas tenu trois semaines dans un hosto obsolète de province pouvait miraculeusement se retaper chez lui,ce type de cas était fréquent au début du printemps quand les frimas et la luminosité douteuse s'en allaient ;à la longue,cette petite plaisanterie pouvait générer des pertes sèches de plusieurs dizaines de milliers d'euros bien plus utiles pour armer nos troufions pour mener des guerres officielles ou officieuses bidon.
La problématique des responsables était donc la suivante:comment donner l'illusion au péquenot vieillissant et à son entourage que l'on prenait mieux soin de la santé du troisième âge qu’auparavant tout en tirant les prix vers le bas ?

C'est là qu’invertirent dans un premier temps les Pôles de Santé:en envoyant un petit hôpital aux oubliettes,on pouvait sans problème créer trois ou quatre de ces machins qui certes ne traitaient que le tout venant  mais qui permettaient de faire de substantielles économies en paperasse et en personnel médical,personnel qu'on sous payait d'ailleurs souvent car ne venant pas pour la plupart de la métropole.Les cas urgents se retrouvaient satellisés à plusieurs dizaines de kilomètres;ils vont crever,qu'il mangent de la brioche! 
Une fois les Pôles installés et c'est là que se précise le côté vicieux de l'affaire,il fallait ré ouvrir les hôpitaux sacrifiés pour héberger les éléments les plus fragiles afin qu'ils cannassent en quelques semaines au lieu de pomper ad æternam deux ou trois Smic par mois.Les réouvertures seraient bien entendu low-cost et financées par un savant assemblage  de subventions européennes,d'augmentations des impôts locaux,de suppression en douce de certains services à la personne;en gros si toute cette petite cuisine était bien orchestrée ça ne devait quasiment rien couter à L’État ,mieux,il y aurait sans doute des économies effectuées.

Pour bien cacher la merde au chat,on employa  alors une rhétorique humaniste pour justifier l’exil des vieux croutons en insistant lourdement,reportages télé à l'appui sur le calvaire que leurs conjoints un peu moins faisandés enduraient pour leur assurer un minimum de qualité de vie,que ça serait plus sympa pour eux si leur tendre moitié allait moisir ailleurs,que c'était bien gentil les kinés,les infirmières,le médecin de famille -inféodé aux grands laboratoires pharmaceutiques qui leur offraient des vacances/séminaires gratos-mais que ça ne remplaçait pas les pros top de la balle qui occupaient les centres hospitaliers dont vous aviez réclamé d'ailleurs-bande de pénibles- le retour à grands cris alors faites pas chier!
Coupant l’herbe sous le pied aux éventuels pleurnichards qui argueraient qu'il n'est pas humain de laisser seule une personne âgée après qu'elle aie partagé sa vie avec un confident depuis des décennies,Le Ministère de la Santé mis rapidement en place le programme "Compagnon" afin de pallier efficacement et sans extravagances budgétaires à ce problème.


jeudi 22 janvier 2015

"Plastic Chooz"-2ème partie:"le témoin"(2017/MNDF)

Je suis parti sur un texte en quatre ou cinq parties,j'espère que je n'aurais pas la flemme de le terminer comme d'habitude.
Je rappelle aux éventuels protestataires que ceci est une fiction,que les faits relatés ne le sont qu'à travers des personnages forcément partiaux et que la majorité des récits concernant leur/notre futur et leur passé sont narrés depuis les années 2047 ou 2063 .

Gérard Menvussa n'en menait pas large.Il était le seul témoin que Grouik T.V,la chaîne ardennaise franco-belge avait réussi à contacter qui acceptait de donner son avis sur le côté folklorique de la maintenance de Chooz B,élément clef dans le déclenchement de la catastrophe du 8 mai.
Grouik T.V avait eu début 2018 son petit quart d'heure de gloire en devenant symboliquement la millième chaîne de télévision:suite à la dérégularisation de l'audiovisuel par le gouvernement Sarkozy,le nombre de canaux monta jusqu'au chiffre hallucinant de 3598 dont la plupart n'étaient que des chaînes Youtube à peine améliorées .Les chaînes historiques ne s'en remirent jamais hormis Arte qui tira intelligemment son épingle du jeu.
Donc c'est une silhouette bourrue aux mains arthritiques qui s'installa le 20 juillet 2018 dans les modestes locaux de ce allait devenir la grande chaîne d'info de référence.
-C'est pas peu dire que c'était un sacré bordel la d'dans.A la base je voulait pas y aller dans c't usine à gaz rapport au Kévin-Peter mon n'veu qui y avait été une fois et qu'il était rev'nu avec les mains à moitié cramées à l'acide,ça donne pas envie.
Pis les z'aut'pignoufs au Pôle Emploi y'z'ont insisté comme quoi il fallait que j'y vas que sinon,couik les allocations,qu'y z'avaient besoin d'un plombier et que c'était chaud vu le pont du 7 et du 8 mai ,donc,j'y suis z'allé.
-Et c'est là que vous avez constaté que les responsables prenaient des libertés avec les normes de sécurité?
-Ben carrément!Le premier truc qui m'a choqué c'est quand y mon r'mis une tenue de sécurité;sécurité mon cul,c'était juste une sorte de tenue jetable style comme dans les abattoirs,j'bossais sur le circuit estérieur mais quand même...
Pis là y z'ont dis à moi pis au trois z'aut gugusses qui étaient avec moi:y'a une fuite,il faut la colmater.Non,sans déconner ,y'avait une de ces vapeurs,heureusement que c'était que de la flotte que sinon on aurait brillé dans le noir pendant trente ans!
-Donc,on vous appelle pour réparer une fuite sur une des conduites qui acheminent la vapeur sous pression depuis le circuit externe vers les turbines.
-oué.Le type y'nous dis donc:y'a une fuite,vous avez quatre heures,après on remet le machin en route.Donc on y regarde aux deux conduites qui étaient suspectées avec une lampe spéciale et paf!,au bout d'un quart d'heure,on trouve le problème.Le tuyau l'était foutu de chez foutu,une fissure longue comme ma main,ça avait l'air profond,je dis au gus qui faut pas s’amuser à réparer un truc pareil,qui faut changer toute la pièce.
-Et alors?
-L'aut'y m'dis que c'est prévu pour dans six mois le remplacement de la pièce dans le carnet d'entretien,qui fallait commander le truc et qu'en attendant 'fallait qu'ça tienne...
-Il n'y a pas dans ce cas là un circuit de dérivation,de sécurité,de conduites supplémentaires en cas de problème ?
-Si mais ils avaient "oublié" de faire les vérifications,y voulaient pas prendre le risque.Je leur ai dit que je pouvait y jeter un oeuil avec mon équipe-si on peut appeler ça une équipe-,que ça prendrait une demi journée grand max et que ça serait plus sûr.
-Et alors?
-Y m'ont dit de pas faire le malin et de réparer ,que ça craignait pas parce qu'la centrale elle tournait plus qu'à 50% que sinon le circuit de refroidissement il appréciait pas.Si on voulait mon avis,on était pus dans une centrale mais carrément dans une pissotière,en attendant à tailler le bout de gras comme ça ,il nous restait pus que trois heures pour limiter la casse.
-Donc, vous avez fait une réparation de fortune et la centrale a été remise en route ,les conduites ont claqué le lendemain à cause de leur fragilité et d'une mauvaise commande déclenchée par un responsable suite à des données erronés.
-En fait,c'est plus compliqué que ça pass' qu'en fait,y z'ont tout d'abord remis la sauce dans le tuyau qu'on avait réparé pis,avant de partir,celui qui était mon chef a eu des r'mords et a finalement fait passer la pression dans les tuyaux auxiliaires .
-Bonne idée à priori
-Oui,sauf que les machins y z'avaient pas vu un inspecteur depuis dix ans,y z'ont pêté aussi sec. Mon bidouillage a ensuite claqué lui aussi mais ils avaient réussi entre temps à réduire l'activité au minimum.Si ces couillons nous avaient donné deux jours pour faire qu'chose de prop',y'aurait pas eu tout ce merdier.Les transfos et les fils auraient tout de même sauté mais la centrale elle serait pas foutue!

"Plastic Chooz"-1ère partie:"le ver est dans le fruit"(MNDF/2017)

On ne sut jamais réellement ce qui fut à l'origine de la catastrophe nucléaire de Chooz B du mardi 8 mai 2018 même si les soupçons les plus épais reposent aujourd'hui encore sur le réseau"Linky"installé alors de fraîche date et démonté à grands frais depuis.

Sur le papier,Linky avec son nom de teletubbie à la con avait l'air d'une franchement bonne idée:collecter les données de consommation électrique dans les foyers,à la base, pour ensuite adapter la production en aval,jouer sur le" mix énergétique"en faisant au maximum intervenir des sources d'énergies non polluantes.
En réalité,l'installation en masse de compteurs intelligents suivait,même le plus attardé des journalistes l'avait compris deux objectifs réels :
-faire tourner au minimum les centrales nucléaires pourrissantes pour les préserver le plus possible et retarder leur démantèlement dont les constructeurs ne maîtrisaient toujours pas le processus qu'ils n'avaient de toutes façons pas les moyens financiers de mener à bien sérieusement.
-Mais surtout collecter des données privées pour les revendre à des margoulins à grands profits,l'opérateur s'étant offert à l'occasion quatre super-ordinateurs qui faisaient passer le centre informatique de Météo France pour un PC en bout de course.
A ce propos,je m'explique:les trafiquants de nucléaire avant de mettre en place leur schmilblicks avaient dans leurs laboratoires et auprès de nombreux fabricants d'électro-ménager patiemment collecté les "signatures énergétiques" de chaque appareil courant utilisé dans les foyers .Chaque objet ayant sa propre signature,il était ensuite possible de déterminer où quand et à quelle fréquence il pouvait être utilisé.
Par exemple une machine à laver commence par pomper de l'eau puis la faire chauffer ,hop,600 watts sur 10 minutes puis tourne tranquille pépère avant de rincer une heure plus tard-cinq minutes,600 watts- puis d'essorer comme une sauvage,1200 watts sur 8 minutes.
Pour une Arthur Rymbo utilisée quatre fois par semaine  la durée de vie est estimée à 6 ans vingt jours  et 44 minutes , le truc devrait pas tarder à lâcher.
Hop,un discret mail à Tarty (magasin habituellement fréquenté par la famille Machin) comme quoi leur appareil devrait flancher dans les deux-trois mois et le magasin  prend aussitôt l'initiative de contacter les Machin pour leur proposer une super promo...Cétipabo?

Le plus drôle dans l'affaire est que grâce à des algorithmes et des capteurs sophistiqués (pour l'époque) les fournisseurs de jus avaient déjà une vue d'ensemble correcte sur leur réseau,toute l'installation ne servait donc à rien:les évaluations en temps réel données par le nouveau dispositif n'améliorant les résultats que d'environ 3%;pas grave,c'est le consommateur qui paye...

lundi 19 janvier 2015

Figurant de supermarché (3 ème partie) (MNDF/2017)

-J'ai pensé à un système tout simple:le client est convaincu d'une qu'il n'a pas assez d'argent pour consommer et d'autre part que ses pérégrinations dans les rayons ne sont qu'une vulgaire perte de temps,temps qui lui est précieux car entre le boulot,les gosses à amener à l'école et les grands parents qui partent en copeaux...Mais là,si on PAYE ces blaireaux pour qu'ils fassent leurs achats,ils vont être RAVIS-mauvais regard de biais-
-Je vous sent sceptique.
-Eh,moi,je n'ai rien dit ,hein...
-Le deal est très simple:une heure de présence dans le magasin égale dix euros en moins sur le caddie,une heure:dix euros,trois heures:trente euros ,tentant non?
-Trois heures?
-Je vous explique:il est clair qu'on ne peut pas se balader avec du frais pendant plusieurs dizaines de minutes sans que la marchandise ne se perde pour nous et pour le client;de plus,s'il reste trop longtemps en place avec toujours les mêmes articles sans rien ajouter,notre pigeon va se faire démasquer ou passer pour un psychopathe ce qui aura le même effet:faire fuir les paranoïaques,y'en a beaucoup en ce moment des paranoïaques;alors on triche.
En une fraction de seconde,le gus était déjà debout et avait empoigné mon bras droit d'une main ferme,j'avais dû louper un épisode...
-Suivez moi!
On redescendit l’escalier métallique par lequel j' étais monté avec une allure dont je ne me serait pas cru capable ,tournant à gauche et franchissant de larges pans de plastique lourd et transparent,je me retrouvais devant une véritable usine à gaz,un truc de fou:il y avait comme un mini magasin dans les entrepôts du magasin.
Des individus tout à fait quelconques arrivaient tranquillement avec des paniers et des caddies puis,sous la surveillance de plusieurs caméras et capteurs déposaient précieusement leurs articles dans les lieux de stockage idoines.Ils repartaient ensuite par le même chemin comme si ceci était parfaitement normal avec leurs contenants.
Au bout de deux minutes et après la mise en route de trois petits gyrophares situés devant des rayons apparemment pleins,une manutentionnaire munie d'un chariot à étages pris possession des articles signalés et franchit ensuite une autre série de lames plastifiées menant sur une autre pièce.J'étais abasourdi.
-Comme je vous le disait,mon idée de figuration rémunérée ne peut fonctionner que si l'on abîme pas nos propres produits et si les clients ne sont pas trop statiques.Donc,on ORGANISE leurs déplacements:quand le figurant arrive ici,on lui donne une feuille de route,une sorte de liste de produits à récupérer,le figurant choisit sa durée de parcours:vingt minutes,une demi-heure et vaque ensuite à ses occupations.Quand il en a marre,il le signale en passant une carte magnétique ici-il me montre une espèce de borne SNCF-et la borne lui délivre un bon d'achat correspondant à la longueur de sa prestation avec une prime de vingt minutes s'il décide ensuite de faire réellement ses courses .
Comme vous l'avez sans doute compris,tout ce qui arrive ici repart rapidement dans les rayons et le but des listes précises à mémoriser -si possible- est de ne pas se retrouver submergé par cinquante exemplaires de la même camelote,toute cette affaire est gérée par INFORMATIQUE,la présence additionnelle se voit à la fois à l’intérieur mais aussi à l'extérieur grâce aux véhicules,JE SUIS UN PUTAIN DE GÉNIE!
Mon interlocuteur cessa enfin de transpirer et de s'agiter comme un possédé,la voix redevint étonnamment calme,courtoise,professionnelle
-Mon cher ami,je dois vous confesser que tout ceci n'est pour l'instant que dans une phase expérimentale,mes supérieurs m'ont tout l'air de me prendre pour un ahuri mais ce n'est pas grave,je leur ferait balayer les chiottes quand les résutats à deux chiffres tomberont!
Je ne peut pas pour l'instant lancer des offres d'emploi conventionnelles et je dois donc faute de mieux avoir recours à des méthodes alternatives de recrutement.
Il me tendit une sorte de carte de crédit assortie à la borne qui était devant nous.
-Vous commencez dans dix minutes,me dit il d'un ton sans réplique.
Je mis la carte dans l’appareil.
Derrière moi,je vis l'immense Black monter avec un autre individu qui allait sans doute se farcir le même speech...


jeudi 15 janvier 2015

L'aveu (photomontage)

Qui comme Nasser n'a jamais publié des vidéos douteuses sur Youtube?
Heureusement,ce brave garçon a fait son examen de conscience et a fini par humblement reconnaître son erreur;promis,il ne le fera plus...

dimanche 11 janvier 2015

"Figurant De Supermarché (2017/MDF) 2ème partie

Debout,l'animal faisant encore plus peur,il s'était mis à transpirer comme un malade,ses mains tremblaient,il commença à avoir des tics latéraux de visage affreux et à jeter des regards d'enragé genre Bela Lugosi sous acides.
-oui,moi Modeste-Honoré Crevard,j'ai trouvé LA solution,j'ai ouvragé LE puissant mécanisme qui va nous extirper du marasme,'y'a pus de crise,fini la crise et tout cela grâce à MOI,vous entendez?
Difficile de ne pas l'entendre,le gugusse devait avoir atteint sans problème les 110 décibels,il allait pas tenir longtemps à ce régime,avoir une attaque,j'aurais l'air fin...
-Y'a plus de clients?Je vais vous en ramenez du client ,des chiées ,des brouettées,y'en aura partout,'saurez même plus quoi en foutre de vos clients!L'instinct grégaire,Panurge,comme des putains de fourmis,en rangs bien serrés,bien rangés comme les troufions de la Corée du Nord...
-Si ça ne vous dérange pas...J'aurais pas du le couper dans son élan car l'énergumène qui tirait déjà sur un très beau rouge pivoine virait maintenant sur une sorte de violet verdâtre;l'un de nous allait y rester dans cette affaire,c'est sûr!
Je pris la résolution de ne plus l'ouvrir quoiqu'il puisse se passer.
-ASSEZ!,rugit il,puis il s’effondra sur lui même ,devint limite liquide et alla piteusement récupérer son siège en se traînant comme un vieillard ,il se rassit lourdement près du bureau dans un bruit mat.L'accalmie ne dura cependant pas longtemps car déjà son regard redevenait magnétique,malsain,inquiétant. Il continuât avec une voix cassée,presque plaintive:
- Il n'y a plus de désir dans l' acte d'achat ,'comprenez...acheter est devenu une corvée,une nécessité,les gens hésitent à franchir les portes,jettent des regards soupçonneux sur les étalages ;il y a ne serait ce que cinq,disons dix ans,soyons honnêtes,les péquenots se ramenaient spontanément sur place,étaient curieux de ce qu'ils pourraient trouver somme salop...hum,comme produits à acheter;il y amenaient leurs gosses sous prétexte que ça leur faisait  une sortie,que c'était de toutes façons moins cher que de les traîner au ciné ou à Disneyland,ils repartaient avec cent vingt,cent cinquante euros de babioles,tout le monde était content...
Hélas...
Toute la délicate mécanique du marché de masse a été détruite,cassée,anéantie par la récession,par les discours lénifiants et déprimants des politiciens véreux,ces salopards ont foutu leurs sales doigts graisseux dans les entrailles de la bête et l'ont presque mis à mort,SAUVAGES,MÉCRÉANTS!,Il reprit avec une voix presque enfantine,légère:
-Pourtant à la base,nous vendions du rêve,that is fucking paradise ! Tout à portée de la main,pour pas cher,c'était un show permanent,lumières,présentoirs fantaisie,on a compris trop tard que les barnums avec les animateurs qui braillaient faisaient fuir tout le monde,pour le pas cher,c'est certes mort,d'ailleurs limite on perd du fric ...Il pleurait presque mais l'oeuil restait noir,incandescent...
-Mais moi je dis:SHOW MUST GO ON!,je dis nouvelles stratégies,travail en sous marin,tout en finesse,dans le subconscient,attaque en velouté du cerveau reptilien,je vais en faire des zombies de tout ces ploucs et vous,vous allez m'aider...


mercredi 7 janvier 2015

I comme Icare (AAAARGN!)

Aux journalistes,collaborateurs et défenseurs de Charlie Hebdo qui ont été lâchement assassinés.

J'invite tous ceux qui n'ont pas envie de se farcir un énième article d'indignation envers l'attentat scandaleux et sanguinaire qui s'est déroulé dans les locaux de Charlie-Hebdo et aux alentours de zapper le texte qui va suivre et de visionner l'excellent film d'Henri Verneuil où le personnage incarné magnifiquement par Yves Montand finit par avoir de sérieux ennuis à force de poser des questions et de soulever des problématiques qu'il n'aurait pas dû.
L’intérêt majeur de ce chef d’œuvre hormis son côté dénonciateur est la performance inédite de l'acteur principal qui d'obscur gratte papier terne et sans envergure devient peu à peu par nécessite intérieure un ardent défenseur de la vérité méthodique,énergique,jusqu'au boutiste.

Si vous lisez encore ceci, tant pis pour vous

La version officielle concernant ce qui vient de se passer dans les locaux de Charlie Hebdo est à mon humble avis tout simplement grotesque:trois peigne culs font irruption devant l'immeuble abritant plusieurs rédactions dont celle du journal satirique et deux d'entre eux pénètrent dans les locaux à l'arrache,tuent un professionnel de la protection rapprochée après s'être"trompés d'entrée";pas de bol,l'entrée de l'immeuble était une véritable passoire à cause des travaux donc indéfendable et c'était pile poil le moment où l'équipe du journal au grand complet se réunissait pour son briefing hebdomadaire,quelle poisse;la chouma! 
Soyons sérieux:ceci est une opération de liquidation de personnalités d'une qualité para- militaire!
-Timing parfait
-Le policier qui protège l'entrée est apparemment neutralisé en quelques secondes
-Les assassins tirent pendant au moins cinq minutes au plein cœur d'une ville ultra sécurisée et pourrie de caméras mais peuvent s'enfuir ensuite sans problème utilisant au moins deux véhicules,donc:prévision d'au moins un itinéraire de fuite avec plusieurs étapes.
Convenons en,ce n'est pas un plan monté par trois merdeux à qui on aurait d'une façon ou d'un autre lavé le cerveau;ça vient de haut cette affaire,ça pue le 11 septembre à plein nez!
Un détail en particulier est bizarre car les hommes cagoulés s'autoproclament "défenseurs de l'Islam" et profèrent quelques mots en Arabe.Hors pourquoi croirait on sur parole deux psychopathes qui viennent froidement et méthodiquement d’assassiner une douzaine de personnes,à ce compte là,je vais acheter un cache nez, aller balancer deux ou trois expressions en Japonais que j'ai laborieusement apprises en regardant des animés,aller baffer un type et hop,je suis un délinquant asiatique...

Ceci n'engage que moi mais il y à mon avis de nombreuses personnalités politiques et surtout de la finance qui sont surement ravis de voir d'aussi coriaces détracteurs se faire tirer dessus comme des lapins,ils vont pouvoir plus sereinement continuer leurs sales petites magouilles et cracher encore plus intensément sur la liberté d'expression et la liberté individuelle tout en prétendant les défendre en faisant semblant de combattre ce qui n'est très probablement que le lampiste de service.
J'arrête ici les frais car les trois quarts de ceux qui m'ont lu jusqu'ici pensent de toutes façons que je ne suis qu'un conspirationniste parano à deux balles et je n'ai pas envie de consacrer les au moins deux heures nécessaires à leur faire changer au moins partiellement d'avis
J'invite plutôt les sceptiques à visionner à toutes fins utiles le film qui va suivre et qui en plus d'être une grande leçon d'esthétisme est redoutablement argumenté;et n'oubliez pas les vingt quatre heures de haine décrétées par le Grand Vizir en personne,sinon la police de la pensée va venir vous botter le cul!



Additif du 08/01/2015
Ce sont bien hélas des extrémistes "Islamistes"qui sont à l'origine de cette horrible boucherie.
Ceux ci heureusement ne parviendront pas à leur objectif:museler les courants de pensée qui ne leur conviennent pas,par contre,on va se manger une telle vague de parano sécuritaire que la liberté d'expression risque quand même de prendre une méchante baffe.
Bientôt,plus une parole,plus la moindre virgule n'échappera aux services spéciaux et les criminels en question auront malgré tout réussi en plus d'avoir anéanti un pan de notre culture à instaurer un climat de merde comme dans les pays où sévit la charria.

lundi 5 janvier 2015

Figurant de supermarché (2017/MNDF) 1ère partie

Quand je vis fondre sur moi le vigile grand format du Crevarmarket,je compris rapidement que le reste de la journée serait plutôt pénible.
J'allais rapidement me manger une douche gazeuse au poivre et être propulsé à coups de pompe dans le cul dans un bureau obscur orné de dizaines de caméras.
Le sbire avait pourtant de prime abord l'air plutôt détendu voire bonhomme,faut dire que physiquement je faisais un peu nain de jardin à côté;quand il m'a invité du traditionnel "si vous voulez bien me suivre",je n'eus pas l'audace de décliner.
D'une main souple l'employé me conduit vers un petit espace technique sis au deuxième étage de la structure où m'attendait une sorte de commercial limite débraillé tout sourire et brillant de gomina,j'avais du mal à comprendre cet accueil vu que je m'attendais en toute logique à subir un sermon rapport à ma sale manie de quelquefois améliorer l'ordinaire de mes fins de mois en glissant des boîtes de sardines ou de pâté dans mon calbute,j'avais fini par croire que les surveillants se contrefoutaient de ces minis larcins et qu'ils ne daignaient chopper les indélicats qu'à partir d'un certain préjudice où lorsqu'il y avait manifestement un abus,genre vol de parfum ou de spiritueux. 

Le commercial commença à me sourire avec des dents carnassières,il renvoya d'un geste ample et avec une certaine suffisance le meuble humain qui m'accompagnait.
-" Détendez vous cher ami"-entendis je un peu abasourdi-"j'ai cru comprendre que vous aviez comme un nombre croissant de nos clients de petites difficultés financières"
-Je...
-"Rassurez vous,nous n'aurons pas la mesquinerie de vous reprocher la présence malencontreuse de quelques uns de nos articles dans vos poches lors de certains de vos passages en caisse,j'ai moi même ainsi que nombre de nos collègues été étudiant.
D'ailleurs,si vous avez de plus en plus de mal à surseoir à vos besoins alimentaires,nous en sommes en partie fautifs-quand je dis "nous"je parle de toutes les chaînes de supermarchés,ce n'est pas une politique "maison",croyez le!-"
-Ah?
-"Suivez mon raisonnement:vous êtes bien d'accord avec moi qu'il y a toutes tranches horaires confondues de moins en moins de clients dans les linéaires".
-"C'est vrai"-dis en essayant de trouver à la fois une contenance et une position confortable dans le mauvais fauteuil de bureau en skaï qu'on m'avait attribué.
-Hors qui dit moins de clients,dit moins d'achats et plus de pertes,adieu les bénéfices...
-Oui
-"On peut jusqu'à un certain point rogner sur la présence humaine ,le personnel,on peut essayer d'essorer au maximum nos fournisseurs mais il y a quand même une limite:il faut que la boutique continue à tourner décemment et on ne peut pas absolument vendre de la merde,on est quand même en Europe,bordel! "
-"Ne le prenez pas mal mais si j'ai bien compris,le seul moyen qu'il vous reste pour pouvoir continuer à faire des bénéfices est donc d'augmenter vos prix"
-"Voilà,mais comme votre présence ici en atteste ,ce n'est plus une stratégie viable"
-"Trop de vols?"
-"Mais,non,pauvre naïf,ce ne sont pas quelques bouteilles de whisky,deux ou trois boîtes de thon et une paire de soutien gorge qui nous mèneront à la faillite,vous me faites rire avec vos sardines,j'ai déjà reçu ici des gugusses qui essayaient de repartir d'ici avec dix bouteilles de vin,trois kilos de barbaque -et pas de la merde,croyez moi- mais même cela n'est rien,ça ne fait même pas un pour cent,c'est calculé dans les marges;non,le problème c'est que le client croit qu'il ne peut plus payer,on a exploité le filon à fond et si on ne fait rien,tout ceci va rapidement partir en sucette!"
-"Je ne comprends pas où vous voulez en venir..."
J'avais apparemment vexé le représentant car il se mit soudain debout en envoyant dinguer contre le mur un fauteuil cuir et bois massif qui devait pourtant faire dans les trente kilos,je me mis furtivement à regretter de ne pas m'être fait tout simplement pourrir par un rageux devant le ramassis de ploucs qui hantaient habituellement cet endroit et de m'être pris deux ou trois coups de taser dans la gueule histoire de m'apprendre les bonnes manières.